mercredi 9 octobre 2013

L'Héliski, un sport résolument extrême!




 

Qu’est-ce que l’héliski ?



L'héliski est une pratique relativement récente de ski et snowboard alpin, assistée par un hélicoptère, contrairement aux remontées mécaniques classiques utilisées dans les stations de ski. L'héliski se pratique dans un cadre totalement naturel, rigoureusement sélectionné, sans effort nécessaire pour accéder aux terrains de freeride, ce qui le différencie du ski de randonnée ou du ski alpinisme.

La plupart des héliskieurs recherchent des conditions spécifiques, propices au plaisir du ski et qui ne se retrouvent plus sur le terrain très fréquenté des stations de ski: on recherche particulièrement la poudreuse, mais aussi de longues descentes, les variations de terrain et les éléments naturels propres à chaque zone d’héliski, et des pentes raides.

La présence des guides et de l’hélicoptère offre une protection contre les risques et les incidents inévitablement associés à cet environnement montagneux, ce qui permet aux skieurs, qui ont peu ou pas d’expérience de haute montagne, de pratiquer ce sport extrême si spécial.

Le terme héliboarding est utilisé également si le pratiquant est un snowboarder. De façon usuelle, le terme d’héliski regroupe les deux disciplines.
 
 
 

Où pratique-t-on l’héliski ?



L'héliski est devenu une activité de plus en plus populaire depuis sa création dans les années 1960 , avec des opérateurs établis au Canada, aux États-Unis, en Alaska, en Islande, au Groenland, en Nouvelle -Zélande, en Himalaya, au Népal, en Russie, en Turquie, en Norvège, en Suède, en Finlande, en Argentine, en Géorgie, au Chili et en Suisse.
Malheureusement, la pratique est interdite en France…

Le terrain montagneux où l’on pratique l’héliski est donc très varié… On peut « rider » sur des glaciers, des vallées ou couloirs étroits, des pentes abruptes, des grands champs de poudreuse, des forêts.
En fonction de la destination sélectionnée, les sessions proposent des « runs » allant jusqu’à 3000 mètres de dénivelé vertical mais leur majorité se situe entre 800 et 1000 mètres de dénivelé. En général, les opérateurs garantissent un dénivelé minimum pendant le séjour, qui peut évidemment être perturbé par les conditions météo, rendant parfois la pratique impossible car jugée trop risquée.







Le type de terrain est donc étroitement lié à la topographie de la montagne et aux caractéristiques du manteau neigeux où un opérateur est basé. Par exemple, nos séjours situés en Laponie Suédoise, au nord du cercle polaire, offrent un environnement radicalement différent de nos Alpes et Pyrénées françaises. Les chaînes de montagnes n’atteignent pas des altitudes très élevées, mais offrent de grands champs de poudreuse, quelques « runs » bien raides, et un panorama totalement dépaysant ! L’héliski dans cette région est possible de Mars à Mai, ce qui permet de prolonger la saison ! Bienvenue aux frontières de l’Arctique !


 
 

Comment se déroule une session ?



Généralement, les groupes sont constitués par niveau et un hélicoptère est chargé de transporter deux groupes en alternance. L’objectif est d’optimiser les rotations, et ainsi proposer un maximum de « runs » par jour. On vous dépose donc au sommet du « run » sélectionné par votre guide, et on vous récupère à la fin de votre session.


 
Les groupes varient entre 4 et 12 skieurs et snowboarders, en fonction du type d’hélicoptère.

La plupart des opérateurs proposent des packages héliski privés (guide et hélicoptère dédié uniquement à votre groupe) et semi-privés, sur des séjours variant de 2 à 7 journées d’héliski.
Sur nos séjours, le groupe de skieurs est dirigé par un guide expérimenté et un assistant, autorisés à encadrer les groupes sur ces terrains si particuliers. L’héliski est une activité strictement réglementée, le choix de nos partenaires sur place pour rendre possible ces séjours est donc primordial…

Après la dépose, les clients ne skient pas « à l'aventure », les guides décident exactement où les clients pourront skier. Le guide va commencer par évaluer le manteau neigeux, le risque d’avalanche, puis expliquer de quelle façon engager la descente. Selon les conditions, les clients peuvent skier en groupe, ou dans des conditions moins stables, un à la fois. Le guide peut demander au groupe de rester d'un côté afin d'éviter crevasses, zones à risque de départ d'avalanche, falaises, neige croûteuse ou autres difficultés potentielles pas forcément évidentes aux yeux de tous. Dans les sections délicates, les clients peuvent être invités à rester dans la trajectoire du guide. Sur une pente stable, le guide peut permettre aux skieurs de se disperser et de choisir leur propre ligne de descente.
 
 
En termes de niveau requis, il est indispensable que l’héliskieur ait un niveau de pratique lui permettant de skier dans toutes les conditions de neige et sur tous les terrains. Il n’est pas nécessaire d’être un expert de la glisse, mais être tout à fait capable de skier des pistes de station de niveau intermédiaire à avancé apparaît obligatoire. De ce fait, pour pouvoir enchaîner les runs et ne pas ralentir le groupe, une bonne condition physique est indispensable…

Concernant les risques inhérents à l’environnement de haute montagne, l’expérience du guide ainsi que ses briefings de sécurité envers son groupe, adaptés aux conditions météo et au terrain sélectionné pour chaque session, tendent à minimiser chaque prise de risque et garantir des descentes 100% plaisir.

 
 

Matériel et équipement



Un sac à dos airbag paravalanche, un radio émetteur-récepteur, une pelle et une sonde sont nécessaires pour former l’équipement complet qui permettra une sécurité optimale en cas d'avalanche. Pour l’utilisation de cet équipement, un briefing de votre guide vous indiquera la marche à suivre en cas d’incident.
 
 
En fonction de votre destination, votre propre équipement doit vous permettre d’évoluer dans les meilleures conditions. Vous devez être protégés contre le froid et faire face à tout type de conditions météo. Plusieurs couches de vêtements sont nécessaires (thermo-isolantes, imperméables et respirantes) et utiliser des membranes de type Gore-Tex est idéal. Vous devez également avoir des gants, masques de ski, cagoules et protèges-cou, qui vous permettent de rester au sec en permanence.
Vos skis et snowboards doivent suivre la même logique et être parfaitement adaptés à cette pratique. On privilégiera un matériel spécial freeride, conçu pour le hors-piste, ou « all mountain », qui se caractérise par des dimensions accrues et facilitant le passage en poudreuse. Le matériel a énormément évolué ces dernières années et renforce la qualité et le plaisir de la glisse dans ces conditions uniques !




Découvrez nos séjours heliski!

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire