jeudi 24 octobre 2013

Les principales disciplines de parachutisme : faîtes votre choix !


Les principales disciplines de chute libre : faîtes votre choix !




Le vol relatif


 


L’équipe de quatre ou huit parachutistes doit réaliser une série de figures imposées et différentes à chaque saut,tirées au sort avant la compétition. Le temps limite pour réaliser ces figures est de 35 secondes en VR4, et de 50 secondes en VR8 à partir de la sortie d’avion. Toutes les équipes doivent réaliser le même programme de figures à chaque manche, et l’équipe gagnante sera celle qui en a réalisé le plus après 10 manches.

Afin de permettre aux juges de comptabiliser le nombre de figures effectuées, chaque équipe possède un « videoman », qui emporte sur son casque une caméra numérique. Cet équipier vient s’ajouter aux quatre ou huit « performers », et fait partie intégrante de l’équipe : la qualité du film qu’il réalise est donc primordiale. Si les juges ne peuvent pas voir correctement les figures sur la vidéo, l’équipe est pénalisée.

Le Vol Relatif est la discipline la plus pratiquée en France. Elle ne peut être pratiquée qu’après l’obtention du brevet B2, permettant la pratique de la chute libre à plusieurs.

Le circuit français est organisé en deux divisions (Nationale 1 et Nationale 2), et chaque année se tiennent les championnats de France, ainsi que deux étapes de coupes de France, en VR 4 et en VR 8.

Il existe également des championnats de France Indoor (en soufflerie), puisque les équipes s’entraînent également en soufflerie, notamment pendant la période hivernale (voir soufflerie).

Le Freefly


Apparue dans les années 90, cette discipline du parachutisme regroupe toutes les positions de la chute libre. C’est une discipline qui offre des sensations particulières grâce à tous les repères en 3 dimensions qu’elle demande. Généralement les pratiquants volent dans des positions tête en bas, tête en haut, sur le dos, dans l’angle, sur le ventre etc…

Depuis l’an 2000 cette discipline est reconnue par la Fédération Aéronautique Internationale et possède ses propres championnats du Monde.

En compétition une équipe est composée de 3 freeflyers. L’un est vidéoman, il a la charge de filmer  les évolutions des deux autres performers, tout en participant lui-même à la chorégraphie aérienne.

Le programme libre est un saut entièrement inventé par l’équipe de freeflyers. Il dure 45 secondes et doit être rythmé, technique, fluide tout en offrant un spectacle visuel original.

Il existe aussi des sauts dont le programme est imposé.

Le freefly peut aussi se pratiquer en loisirs ou en grande formation.

Pour pratiquer le freefly en sécurité, le Brevet B4 est nécessaire. Il consiste à maîtriser différentes positions de chute libre tout en contrôlant ses déplacements.

En 2012, l’équipe de France de freefly Kristal fut sacrée championne du Monde.

Le Freestyle


 

Véritable « danse du ciel » cette discipline spectaculaire mélange des compétences variées. Gymnique, acrobatique, esthétique, tonique, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le vol d’une équipe de freestyle. En compétition, un vidéoman évoluant dans les trois dimensions filme les figures d’un performer. La chorégraphie aérienne dure 45 secondes et doit mélanger des acrobaties avec  des figures de freefly. Il existe un programme libre et 2 programmes imposés.Le programme libre est issu de l’imagination des membres de l’équipe qui doivent attirer l’œil des juges avec des figures difficiles et originales. Le saut doit être fluide et rythmé. La qualité des images est prise en compte.Le programme imposé d’un saut comprend 4 figures reconnues par la fédération Aéronautique Internationale. Le vidéoman et le performer doivent les réaliser en 45 secondes maximun, sans erreur technique et avec la meilleure présentation possible.

Depuis plus de 6 ans la France n’a pas cessé de gagner le titre de Champions du Monde de cette discipline. Récemment c’est à Dubaï, en 2012, que l’équipe de France de freestyle Akrostyle a remporté son deuxième sacre mondial.

Le Skysurf

 
 

Même si cette discipline n’existe plus en compétition depuis 2008, le Skysurf reste très spectaculaire.

Comme pour le freestyle, l’équipe est composée de 2 personnes. Le “surfer” effectue des figures acrobatiques avec une planche fixée sur les pieds. Un vidéoman capture les images tout en essayant d’intégrer des effets vidéos pour embellir la chorégraphie aérienne (rotations, vitesse, angles de vue etc..). Une bonne maîtrise du freefly est nécessaire pour pratiquer cette discipline.

En 2004, une française Blandine Perroud est devenue championne du Monde. Lors du dernier championnat du Monde de cette discipline, Marc Groleau a obtenu la médaille d’argent.

Aujourd’hui le skysurf reste une pratique de loisir pour certains passionnés.

Le Canopy Piloting

 
 

Le Canopy Piloting (ou Pilotage sous Voile) est la discipline la plus récente apparu en France en 2011. Les premiers Championnats du Monde ont eu lieu en 2006.Cette discipline parachute ouvert consiste en un posé en “sur-vitesse”, dans une phase ou la voile “plane” et avance à grande vitesse sur une trajectoire horizontale, grâce à une prise de vitesse débutée entre 300m et 700m d’altitude.

3 catégories existent :

·         La Vitesse (Speed), ou il faut passer le plus rapidement possible entre 2 capteurs éloignée d’environ 70m et disposés sur une courbe de 70°,

·         La Distance (Distance) ou il faut aller le plus loin après avoir touché l’eau,

·         La Précision (Accuracy) ou il faut se poser dans une cible de 1m par 1m, debout, après avoir parcouru 4 zones d’environ 40m au total en touchant l’eau avec le pied. Un posé “non-debout”, ou avant ou à coté de la zone retire des points et l’eau non touchée dans chaque zone retire des points.

La Soufflerie

 
 

En France, cette discipline commence a être encadrée et nécessite un cadre spécial (saut dédié et zone dédiée à cette pratique, plan d’eau, …) et le brevet B5.

Dès les années 80, les premières ’expérimentations’ françaises en soufflerie sont réalisées à l’Institut de Mécanique des Fluides à Lille.

Dès lors, la pratique en soufflerie n’a cessé d’évoluer jusqu’à sa reconnaissance en 2000 par la Fédération Française de Parachutisme comme agrès en tant qu’activité connexe puis, son intégration en 2005 comme discipline officielle dans la délégation ministérielle de la fédération.

Cette nouvelle discipline permet de découvrir les sensations de la chute libre sans contraintes météo en permettant au pratiquant de voler dans un flux d’air à 200 km/h généré par des turbines.

Aujourd’hui, les équipes de chute s’entrainent autant en soufflerie qu’en avion, la soufflerie permettant un entrainement permanent sans contraintes météo.

La Voltige


Effectuée à partir d’une hauteur de 2 200 mètres, la voltige est une discipline ˮexplosiveˮ faisant appelle à d’excellentes qualités de coordination et d’équilibre. L’épreuve consiste, après une prise de vitesse où certain compétiteur atteignent plus de 300km/h, à réaliser le plus rapidement possible un enchainement de 6 figures imposées en chute libre : exécuter 2 fois à la suite 2 rotations alternés de 360°  suivi d’un salto arrière.

L’épreuve filmée du sol par une caméra est évaluée par un collège de juges qui chronomètrent les 6 figures au centième de seconde, et apprécient la qualité technique d’exécution des enchainements (tours non bouclés ou déviation de l’assiette du corps par rapport aux axes de références). A l’instar d’autres disciplines artistiques, toute figure incorrectement réalisée est pénalisée fonction d’un barème codifié en 10ème de secondes qui viennent se rajouter au temps de base des 6 figures chronométrées (chrono + pénalités = résultat de la manche)

Dans cette épreuve, et compte tenu du type de figures imposées, il n’est possible de réaliser que 4 groupes différents (G1, G2 , G3, G4 ) de  6 figures en alternant le sens du départ (gauche ou droite) de la première figure (un 360° à plat) et de la quatrième (également un tour à plat). Un tirage au sort détermine l’ordre des groupes à exécuter pour chaque manche avant le début de la compétition.

Au niveau international l’épreuve se déroule en 5 manches. Pour la cinquième qui fait office de finale, les compétiteurs déterminent librement le choix du groupe qu’ils vont réaliser. Le vainqueur sera le compétiteur qui, sur l’ensemble des manches effectuées, aura cumulé à l’addition des performances réalisées à chaque saut le total en secondes le plus bas.

A titre indicatif, les meilleurs compétiteurs réalisent régulièrement des performances sous les 6 secondes. Si le record du monde est détenu depuis septembre 2007 par l’allemand Marco Pflueger en 5 ˮ18 sec., l’actuel champion du monde est un Français, Philippe Valois, sacré au Mondial de Dubaï en décembre 2012.
 

 Le Wingsuit et le Base Jump

 
 
Sans aucun doute les disciplines les plus extrêmes! Elles consistent à sauter depuis n'importe quel endroit, du moment que la hauteur permet l'ouverture du parachute. C'est une pratique très risquée et ne peut être pratiquée sans une maîtrise totale du parachutisme ou du vol libre.
Parmi les athlètes réputés, nous pouvons citer Jeb Corliss, qui enchaîne les exploits depuis quelques années... Cette vidéo illustre bien les risques inhérents à de tels sports extrêmes!

 

 Si cet article vous donne envie de faire le grand saut, découvrez nos séjours dédiés au parachutisme: voyage sport extreme parachutisme

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire